je ne suis pas ton frère

nos arbres généalogiques se ramifient

au coeur de temps et de lieux où les racines

ne pouvaient se nouer

je ne suis pas ton frère

d'ailleurs les géniteurs sont trop nombreux pour

un frère et sa soeur

vraiment

malgré l'imprévu de quelques marelles

je ne suis pas ton frère

pas de parents proches ou éloignés

ô les éloignés

je leur ai certes adressé quelques signes fraternels

mais ne compte pas en profiter

tu ne vis pas dans le lointain

je ne suis pas ton frère

ni le grand ni le petit

ni ton sang ni ta chair

juste un peu de ton regard où j'ai parfois

senti ce qu'exister veut dire

quand il le voulait bien

quand il le fallait bien

dieu ce que l'impersonnel est volubile

dieu ce que dieu est utile

pour trouver la colère

l'état d'urgence

c'est-à-dire un éphémère soi-même

lequel n'est pas ton frère

tu le sais nous ne nous rappelons pas les anniversaires

ni les sapins aux cadeaux clignotants

ni simplement la tiédeur de ces dimanches

dans le réveil indulgent des parents

et l'odeur d'un café sans rancune

tu vois

je ne suis pas ton frère

-

tu ne peux te rappeler

je volais tes poupées

les cachais dans les cavernes

dans les ombres humides

écoulements lointains

souterrains

tu pleurais rageais me dénonçais

tu éparpillais avec tes copines

des rires aux longs dards

nos disputes tiquaient des billes sans gagnant

je te défendais contre les tireurs de nattes

les souffleurs de jupes

tu me défendais contre mes chagrins

quand je n'avais plus de munitions

je me moquais de tes fiancés

tu me taquinais les amoureuses

tu me giflais je te consolais

tu pleurais je te giflais

nous comparions sur nos cuisses

la rancune rose des ronces

tu étais de naissance

exclue de ma bande

j'étais banni de tes grâces dans les miroirs

partager les secrets

c'était les déchirer

ô conspirations contre les GRANDS

la complicité

la paix furtive non

tu ne peux te rappeler tout ça

car je ne suis pas ton frère

-

ensemble dans la pluie

de notre rendez-vous comme d'habitude

nous parlons d'autre chose

nous sourions autre part

j'ignore quelle sorte d'amour nous vivons encore

qui impose la fatalité de rester

fils unique

de ce temps lentement

déchiré tout autour

par la durée tremblante