Jean-Michel Robert

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 12 janvier 2016

PUB

Le petit nouveau

AVIS DE PARUTION

                       

Après, j'irai chanter de Jean-Michel Robert

éditions Gros Textes


Sans raconter ma vie, je connais Bob depuis le XXème, ce siècle témoin du passage en revue, mise en festival, en marché, en pixels infatigables, de la Poésie. En un temps de Bartavelle, nous nous éclipsions de la place Saint Sulpice, pour une Brasserie de la rue des canettes. À la table des mets s’invitaient nos passants d’anthologie, Breton, Chambelland, Kober, Laude, Martin, Merlen, Perros, Pessoa et bien d’autres qu’un dictionnaire à naître ferait bien de nommer tous : Larousse ou Robert ? À la table d’écriture, ici en ces pages on retrouve leurs chuchotements feutrés entre les lignes, ces mains ailées à l’épaule, face à l’encrier. À la lecture revient vite le doux chavirement du passé présent. Guetteur attentif aux bruissements des hommes, Bob traque l’aube, le temps d’effacer les spectres de la nuit et de s’enivrer du lait nouveau des promesses. L’enfance n’est jamais loin, le Périgord en poche, l’adolescence revient au galop de la lente combustion des désirs. De l’art martial longtemps pratiqué, Bob garde le précis du trait et l’art de la chute, la victoire s’affiche en noir, un ruban de possibles. Du courage il dresse un manifeste à se réciter à voix basse les jours d’anthracite où la marée de l’intranquillité s’obstine aux brisants. Fuyant le monde factice des hommes pressés d’un avenir de Who’s Who, Bob cultive jusqu’au vertige le jardin des mélancolies. Goûteur des lumières, il sait, en orpailleur, deviner les traces du merveilleux en l’équation routinière du calendrier, la rencontre comme une palpitante pépite en devenir. À la fin du repas des Brasseurs, après un moka que n’aurait pas renié, Jean Nicolas Arthur, négociant de la maison Bardey, reprendre le pavé de la cité capitale, le train des banlieues sans ombre et après ? Et après j’irai chanter

Léo Verle


ISBN : 978-2-35082-300-3 92 pages au format 14 x 21, 10 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires) Commande à Gros Textes Fontfourane 05380 Châteauroux-les-Alpes (Chèques à l’ordre de Gros Textes) Parution prévue fin janvier / début février – Le commander en avance, c’est favoriser les conditions de la sortie de cet ouvrage.

vendredi 1 janvier 2016

fêtes

QUI C'EST ALORS ?

Ayant atteint l'âge de raison : six ans révolus, et le doute me taquinant depuis quelque temps, un samedi à midi du mois de décembre, j'ai dit à mes parents : "Jurez-moi de me dire la vérité si je vous pose une question." Un chouïa étonnés, ils ont juré. Alors j'ai demandé : "Le Père Noêl, il existe ?" Après un échange de regards amusés, ils ont avoué :

- Ben non. Le Père Noël c'est nous.

- Ah ! vous m'avez bien eu !

Ainsi je pense à tant de pauvres défunts - leurs chaussures vides d'éternité - qui, eux, ne sont plus, et ne sont donc pas en mesure de dire Vous m'avez bien eu au curé de leur paroisse, lequel ne peut même pas dire : "C'est moi."

BONNE ET HEUREUSE ANNéE

J'adresse mes pires voeux aux scélérats, même si je sais qu'en 2016 ils resteront aux pouvoirs, mes pires voeux n'étant pas des armes très efficaces. J'adresse mes meilleurs voeux à celles et ceux que j'aime et aime bien, ainsi qu'à tous les gens dignes d'estime que je ne connais pas. Je les leur adresse également pour les années suivantes : on sait jamais.

Bonne résolution : être prévoyant.