Jean-Michel Robert

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 24 janvier 2012

Je me demande ce qui reste de nounours

en moi qui m'interdit de dire aux jeunes que je connais : " T'en fais pas, c'est trop tard."

vendredi 20 janvier 2012

bas salaires

quand j'ai monté les escaliers

le me suis avisé que je les descendais

j'ai demandé à la dame de ménage : où est le bas ?

C'est vous qui voyez, m'a -t- elle répondu.

jeudi 19 janvier 2012

Certains brillent par leur absence...

lui a inventé l'absence terne. Tous mes voeux de victoire perdante !

douces mémés

Mais pourquoi tiennent-ils tant à exister

coiffés à la confiture des grands-mères fantômes

qui doivent retrouver tout à coup les dents du rire

en murmurant "Qu'est-ce qu'ils sont moches !

c'est pas nous qui avons fait ça !

Allez Suzon rajoute

rajoute un peu de cognac dans ma tisane.

C'est pas nous on était trop belles,

notre chair n'est pas la chair de ça...

car je me souviens amoureuse j'ai mis au monde

et non déféqué.

Certes j'ai été complice de la confiote

mais je jure que ce n'était qu'à cause des fruits...

ensuite les fruits se sont compliqués

et nous seulement vieilli."

- VOS GUEULES, LES VIEILLES !

- "C'est qui ce nouveau, Suzon?

-C'est du nouveau : à notre âge, c'est pas si nouveau.

- T'as raison : on n'a que du passé à perdre dans l'avenir."

mercredi 18 janvier 2012

IL va encore falloir...

être un morceau futur qui fait mine de s'y croire. C'est fatigant sans même avoir commencé : définition de l'avenir.

J'ai beaucoup de talent comédien, moi qui, comme tout le monde, ne suis que du passé. Mais IL faut falloir, c'est sans doute un dieu, ou un truc comme ça.

lundi 16 janvier 2012

réalisme

J'ai pas faim.

Enfin, confession totale, face à Dieu et à l'écran.

Voilà, je n'ai absolument rien à me reprocher. Rimbaud l'a dit avant moi : "Je est un autre". Aussi ne puis-je accabler l'autre quand il s'agit de moi. Mais le problème est que "moi" est un amas biochimique qui fonctionne sans s'occuper de moi et qui, cependant, par pure convention sociale, m'oblige à me prétendre moi. N'oublions pas que cette convention sociale n'est établie que par un ensemble de "moi" qui ne sont pas moins que "Je" un autre amas de molécules soumis à des lois dites "de la nature". Dites par qui ? Dites par d'autres amas de matière qui disent "moi", "je", parce que c'est pratique pour leurs atomes. Bref, je ne vois vraiment pas qui sera pardonné, en fin de compte.

dimanche 15 janvier 2012

Bon , y en a marre !

Vive la sainte violence !

Lire la suite

samedi 14 janvier 2012

Ha! ha! ha!

Je viens d'appendre que la France a perdu son triple A qu'avaient la charité de lui accorder les mêmes cons qui notaient si haut les subprimes, détonateurs de la Crise... Merde ! Qu'est-ce-qu'on va faire ?... Je propose : les gosses, séchez l'école : l'avenir n'existe plus ; les adultes, restez au lit tant qu'il vous appartient ; grève générale par pure fainéantise ; fermeture de tous les hôpitaux, libération des fous, des assassins, des violeurs, fermeture de toutes les postes, abolition du pain, du vin, du sourire, abolition des plus de 60 ans (sauf au Sénat), abolition des moins que rien ; peine de mort lente pour quiconque prend son temps au lieu de le louer aux pendules clignotantes.... plein d'idées encore... mais j'ai la paresse d'avant-garde.

cinquième "république"

Vous les avez élus, parfois adorés, ils ont pourtant accompli pour leur besoin "historique" plus de crimes et de rapines que vos contraventions cumulées ne suffiraient pas à laver, quant à vos saisies d'huissiers, elles doivent amuser toute la brocante. Allez, précipitez-vous pour la prochaine tronche de la providence (orgasme probable).

C'est marrant :

quand je rentrais en train chez mon trois-pièces, deux mecs, environ 18 ans, 1m80 -85, m'ont demandé fort cavalièrement une cigarette -très malins, ils avaient repéré ma gauloise aux lèvres -. Je leur ai dit que je n'offre plus de clopes depuis qu'elles sont devenues marchandises de luxe. Le plus grand a approché sa mine menaçante. Alors j'ai pratiqué cette vieille prise orientale consistant à fléchir les membres inférieurs puis de la suivre instantanément d'une extension de tout le corps dont la paume concentrant la violence, portée sous le menton de l'adversaire, lui brise les cervicales. A cette heure une foule pressées, peu présente, soucieuse de tiédeur, sinon d'amour, se pressait dans le couloir. Cette foule n'a rien voulu voir. Mais je crois que le mec n'est pas mort. Il gémissait encore. Son copain m'a oublié pour se jeter sur lui, en pleurs. J'ai eu un réflexe humain : appeler les pompiers avec un portable emprunté. Et me barrer vite fait. Ainsi je suis le seul témoin de mon innocence.

jeudi 12 janvier 2012

frère, gymnaste, cousin escrimeur, âme musique

A Alain, Claire, Margot.

C'est difficile de penser à toi parce que certaines limites

cherchent à imposer des mots tels que "présence" et "absence"

en les s'entredévorant comme si

tu n'étais pas le même visage en l'ironie et la bonté

oui j'ose dire "bonté" car tu sais son point d'insolence

frère, gymnaste

l'âme nue

seule honnêteté possible

bulletin de santé

Comme ce serait bon de haïr, comme ce serait vital, plein de santé et d'énergie, autant et même plus efficace que cinq fruits et légumes par jour. Mais je n'y arrive pas : la haine exige la précision humaine de son objet... une tronche quoi. Aussi dois-je me contenter de la colère. Sale maladie.

mercredi 11 janvier 2012

fou rire matinal

Les seules personnes (outre celles de ma famille) que je connais presque vraiment, que j'aime totalement, sont des êtres absolument désespérés. Ce qui ne nous empêche pas de partager le fou rire face à tant d'adverbes. Face à face, parce que c'est le meilleur profil. Reste à trouver des illusions, ou qu'elles nous trouvent.

lundi 9 janvier 2012

terrorisme

Quand veut s'imposer l'idée que, décidément, aucune réelle démocratie n'est possible, que la majorité est inculte, désinformée, versatile, lâche ; quand veulent s'imposer les actions violentes, suicidaires ; quand veut s'imposer à ma voix "Vive Ravachol !"... j'ai un truc pour ne pas laisser m'en imposer : je pense aux personnes qui m'ont aimé, que j'ai aimées, que j'aime, qui m'aiment ; je pense à celles et ceux qui m'ont parfois aidé, que j'ai parfois aidés ; je pense à tout un tas de petites beautés, de petites bontés gratuites... des trucs très égoïstement humains. Et, après avoir pleuré, je vais voter. Citoyen de mon monde.

samedi 7 janvier 2012

félin (misère de la poésie, poésie de la misère, etc.)

Ce vilain matou ! si vilain ! mais c'est moi !

Non non toi tu n'es que miaou

Mais ce miaou ! c'est moi !

Certes, si tu en es fier.

vendredi 6 janvier 2012

conte lâche

Il était une fois qui voulait dire

mais ne savait pas - malgré cette ardente volonté -

ce qu'elle avait à dire

Alors elle fut la prochaine fois

mercredi 4 janvier 2012

Ils nous aiment, nous bichonnent :

fumer tue - à consommer modérément - ne pas s'exposer au soleil - se vacciner contre la grippe - manger 5 fruits et légumes par jour - pas trop de sel - pas trop de sucre - ceinture - casque - radars - caméras - tests psychologiques - pas trop de jeunes - pas trop d'Arabes - pas trop de gras - remuez-vous !... Merde, ils prennent soin de nous... C'est étonnant qu'ils laissent encore proliférer les labos empoisonneurs, les centrales pourries, les industries d'armement... qu'ils augmentent les taxes sur la santé... qu'ils supportent si bien les sans abris.... Sans doute sont-ils un peu distraits.

Solidarité avec Xavier Mathieu,

cet homme digne du syndicalisme refusa d'être fiché ADN. Relaxé en première instance, le Parquet, survivance des valets du Roy, a fait appel. Aujourd'hui, tous les candidats de gauche et d'extrême gauche manifesteront leur soutien, sauf, devinez qui...

mardi 3 janvier 2012

Le mentir vrai (rien de commun avec celui d'Aragon)

Je mens essentiellement par omission parce que, ayant souvent face à la mienne celle d'un(e) interlocuteur( trice ) bien plus jeune que mes ans, il me faut à la fois préserver sa foi en soi sans le (la) bercer d'illusions genre Avenir sans sang. Donc je mens : je ne dis pas tout ce que la vie prépare d'immondices et d'immonde parce qu'au monde rien n'existe que vivre. Je crois ainsi faire le moins mal possible, alors que faire très mal serait plus honnête.