Jean-Michel Robert

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 31 mai 2010

Ajoutons

que la haine est une vertu quand elle tue les gens en les pendant à leur plus belle cravate.

ou que je ne suis pas sérieux

comme tous ceux qui m'ont offert leur fou rire. Fou.

dimanche 30 mai 2010

solution (deuxième époque):

armer les salaries élus des comités de grèves -investir par la force tous les médias - arrêter tous flics, militaires, juges médaillés, procureurs, ministres qui auraient la mauvaise inspiration de protester- instaurer par les armes une nouvelle Commune de Paris, comme comme au temps de Danton - la terreur contre qui gagne plus de 10000 euros par mois - la peine capitale contre toute la maffia sportive - et puis la fin du Monde: Dieu se dira enfin: Je suis con.

Dès l'âge de 14 ans

j'ignorais ce que je deviendrais mais je savais ce que je ne serais pas. Ainsi j'ai réussi ma vie: j'ai envoyé chier tous ceux qui se croyaient supérieurs (inspecteurs, directeurs, officiers...), j'ai cassé la gueule des gueules qui le méritaient, j'ai insulté les flics quand j'étais en manif ou en garde à vue, j'ai gagné chaque fois que je le voulais, et vécu, même brièvement, avec celles que j'aimais, que j'aime toujours d'avoir été elles, je ne possède rien que des livres... Pourtant je ne suis pas fier, car la vie a échoué malgré la mienne.

samedi 29 mai 2010

Théologie

la tentation d'être méchant parfois

me grattouille

mais je suis gentil

et jouis d'une bonne mémoire

je me rappelle tous ceux et celles qui m'ont aidé

c'est-à-dire qui m'ont vu

de tous leurs yeux

dont la couleur brille dans l'âme tout au fond

j'ai aidé parfois moi aussi

par simple amour

la seule bénédiction

fut de cils et de paupières

oui je me rappelle bien le temps où j'étais dieu

comme tout le monde

jeudi 27 mai 2010

bien sûr

je peux si je veux écouter un disque

ou jouer de la guitare

dans la cage d'escalier

en hurlant: "Je suis la corde de ré !"

les voisins m'accuseront d'abuser de la cage

et me pendront à la corde de mi (grave)

tandis que la maison où je n'habite plus

pleurera sur son jardin

dont les fleurs frissonnantes diront au jardinier

tu peux te rendormir

mec

ça commence à m'agacer:

Je viens encore d'entendre émis par un érudit fier de lui cette phrase de Mallarmé adressée à Degas: "Ce n'est pas avec des idées que l'on fait un poème, c'est avec des mots.".

Avec quoi fait-on des mots? Avec des sons sans doute.

Ô connerie!

fruité

Quand j'étais beau

les framboises venaient manger dans ma main

mais à la vue de ma ligne de vie

elles se disaient saignons

à la vue de ma ligne d'amour

elles saignaient sans rien dire

quand il fut question de ma ligne de chance

le rouge n'existait plus

mercredi 26 mai 2010

la solution

grève générale européenne - élection d'une assemblée constituante par les comités de grève - institution de comités de soldats et de flics - arrestation des hauts fonctionnaires - annulation de toutes les lois contre les étrangers - socialisation des banques, des entreprises boursières, des propriétés des églises - suppression du parquet - abolition de l'élection du président de la république et des sondages - mon amour toute nue sur le canapé - fou rire.

révolution nulle

puisque les pommes et les cerises

refusaient de se joindre aux fraises pour la grève générale

j'ai décidé d'adhérer aux framboises

la révolution toussait et crachait dans son coin

alors j'ai rédigé le programme:

"Il est temps de désespérer et de pourrir tout en tuant un maximum de salauds"

les framboises ont jugé ma position gauchiste

alors j'ai rejoint les gauloises

puisque depuis l'âge de 14 ans (les taxes)

j'ai largement payé mon cancer

et mon absence

mardi 18 mai 2010

art martial

A la fin de la séance de judo, nous devions nous agenouiller sur le périmètre du tatami, face au professeur, paumes posées au-dessus des genoux, prêts pour le salut exprimant le respect de chacun pour tous, et pour ces lieux où le sacré sentait la sueur. Le silence fait, Loulou - aussi bon maître en arts martiaux qu'en amitié - désignait de la main gauche l'élève placé en fin de ligne. Celui-ci devait gravement gueuler "REI !", signal imposant d'incliner l'ensemble tronc / tête, puis de le relever, toujours bien raide.

Un samedi, F., un copain sympa, mais nageant trop dans son grand corps pour pratiquer un judo efficace, trop dispersé pour l'assiduité, se trouvant en place du REI, à ma droite, me chuchota angoissé: "Qu'est-ce qu'il faut crier déjà?". Je saisis alors l'occasion de rire, méchamment mais pas trop. Je répondis: "Tu dois crier SAKI." Ce qu'il fit quand Loulou l'eut désigné. Hilarité générale à la face de Mars. Ces instants qui eussent dû porter la solennité s'enfuyaient en couinant, éclaboussés de rigolade...

Deux ou trois ans plus tard, j'appris que F. était en prison. Que lui était-il arrivé à ce mec si gentil, pas plus agressif qu'un poisson rouge? La nouvelle me flanqua le vertige de ce destin dont les mauvaises blagues ne se contentent pas de SAKIS méchants mais pas trop.

samedi 15 mai 2010

Pardon

pour cette longue absence. A ma décharge: depuis que je suis patron, je me surexploite, me mondialise, me concurrence, ce qui - ainsi que l'a démontré Marx - provoque une baisse tendancielle du taux de profit, de sommeil, de rêve et de saine déconne.

Déposer (délicatement) le bilan, seul avenir possible.

samedi 1 mai 2010

premier mai

Les "syndicats" ne sont même de la même manif. J'adhère au patronat.